Monnaie

5 francs tour Eiffel

Concours monétaire 1988 :

En 1988, la Monnaie de Paris organise un concours monétaire ouvert à tous, pour la création d’une pièce de 5 francs.
Le thème imposé est la commémoration du 100e anniversaire de la tour Eiffel. Fidèle à mes habitudes, j’ai participé à ce concours… J’ai eu tout de suite mon idée pour le revers. J’ai fait figurer la tour dans un cadrage très serré qui me semblait bien mettre en valeur cette technologie métallique très innovante en 1889 (Fig. 2, puis 6 à 8).

Projet 5 francs Eiffel JLM
Je suis resté assez longtemps « sec » pour la face…

Un soir, sortant de la Monnaie et traversant le Pont-Neuf pour rejoindre le RER à Châtelet, je me suis retourné, et j’ai vu le soleil se coucher derrière la tour Eiffel ! Je tenais mon idée.

Malheureusement, je n’ai pas su bien en tirer parti, et j’ai présenté un dessin beaucoup trop classique et sage, qui m’a été fatal (Fig. 3 à 5).

Je ne commettrai pas l’imprudence de vous dire que, si c’était à refaire, je ferais tout autre chose ! Je me suis déjà piégé pour la Germinal-Zola…

Le jury n’a pas retenu mon projet, mais il fut toutefois classé second. Le 2e prix était de 15 000 francs, ce qui n’était pas négligeable. Pour information, mon salaire de graveur au 6e échelon s’élevait à 13 502 francs, pour ce mois d’octobre 1988.

En faisant mes recherches pour cet article, j’ai trouvé chez nos amis de « CGB-numismatique », les 4 projets sélectionnés à ce concours (Fig. 10 à 18). Vous verrez aussi, sur leur site, quelques projets parmi les 162 participants à ce concours (voir le lien ci-dessous).
Vous y verrez aussi comment la Monnaie a décidé de panacher les dessins de Frédéric Joubert pour la face et de Joaquin Jimenez pour le revers (Fig. 19 à 23).

PS J’ai repris mon dessin du revers en 1996, pour mes projets de l’Euro (millésimés 2002). J’étais alors équipé d’un ordinateur, et le traitement de mon travail s’en ressent bien (Fig. 24à 27). Mais je n’ai pas remporté plus de succès…

Ayant sauvegardé mon fichier Illustrator, j’ai pris un grand plaisir à m’en servir et vous composer le bandeau de cet article.

Le jury n’a pas retenu mon projet, mais il fut toutefois classé second. Le 2e prix était de 15 000 francs, ce qui n’était pas négligeable. Pour information, mon salaire de graveur au 6e échelon s’élevait à 13 502 francs, pour ce mois d’octobre 1988.

En faisant mes recherches pour cet article, j’ai trouvé chez nos amis de « CGB-numismatique », les 4 projets sélectionnés à ce concours (Fig. 10 à 18). Vous verrez aussi, sur leur site, quelques projets parmi les 162 participants à ce concours (voir le lien ci-dessous).

Vous y verrez aussi comment la Monnaie a décidé de panacher les dessins de Frédéric Joubert pour la face et de Joaquin Jimenez pour le revers (Fig. 19 à 23).

PS : J’ai repris mon dessin du revers en 1996, pour mes projets de l’Euro (millésimés 2002). J’étais alors équipé d’un ordinateur, et le traitement de mon travail s’en ressent bien (Fig. 24à 27). Mais je n’ai pas remporté plus de succès…

Ayant sauvegardé mon fichier Illustrator, j’ai pris un grand plaisir à m’en servir et vous composer le bandeau de cet article.

Liens :

Galerie